Présentation

Foot Ensemble est une association créée par Yoann Lemaire en 2017. L’objectif de l’association est d’ouvrir le débat sur l’homosexualité dans le sport et plus particulièrement dans le Football. Elle attache une importance à la pratique de la solidarité, au respect des autres et de soi-même et à l’acceptation des différences.

Entourée et structurée par des personnes adaptées et professionnelles, elle se propose d’intervenir dans l’espace éducatif, du collège à l’université, dans le monde sportif et au-delà, dans des rencontres et des manifestations. Elle soutient et conseille les hommes et les femmes confrontés aux discriminations qui la contactent.

L’homophobie reste un tabou dans le football. Et qui dit tabou dit silence : on en parle pas, on fait comme si ça n’existait pas. Ou ailleurs. Loin des stades en tout cas. 
Et lorsque l’on méconnaît un groupe de personnes, on les « pré-juge » selon des stéréotypes. Et comme les stéréotypes sont les germes de la discrimination et de la haine on aboutit sur un cercle vicieux. 

Nous soutenu la LFP pour briser ce processus pervers ou alors négatif .

Tout simplement en en parlant, en ouvrant le débat, en défaisant les stéréotypes.

Le foot y gagnera, la société y gagnera et peut être aussi, les footballeurs homosexuels en profiteront.

L’association défend une logique d’inclusion et de réalité : chercher uniquement à « lutter contre » les manifestions d’homophobie lui semble insuffisant. Elle s’appuie sur la promotion des valeurs fondamentales du sport, tout aussi importantes que la performance, qui sont le dépassement de soi, le respect de l’autre, l’acceptation des différences, le partage, l’action commune, l’humilité, la discipline…

L’idéal serait que chaque individu ressente un sentiment d’épanouissement et de progrès dans son sport favoris. Nous souhaitons aussi avoir l’appui de membres d’honneur : des personnalités qui soutiendraient nos actions, et qui pourraient en temps voulu, communiquer sur ces thématiques.

Nous pensons que l’exemple vient d’en haut, il nous faut absolument des modèles sur lesquels les gens puissent s’appuyer et des attitudes auxquelles se référer.